Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité »

Mosaïque de Théodora – Basilique de Saint Vitale à Ravenne (en 547 après J.C), Italie. UNESCO World heritage site.
(c) Creative Commons

Opaline Dzieciol (Université Jean Moulin Lyon 3, Master Mondes Anciens, parcours LLCA) et Célia Charlet

C’est à la suite des Guerres que Procope de Césarée, ancien avocat et secrétaire particulier de Bélisaire, écrit son dernier ouvrage, aux pages bien plus virulentes et controversées : l’Histoire secrète aurait été rédigée vers 550, bien qu’il n’ait probablement pas pu la faire circuler de son vivant ni de celui de Justinien en raison des critiques polémiques à l’encontre de l’empereur. De fait, cette œuvre a été finalement assez peu citée par les sources puisque les premières mentions sont datées d’au moins cinq siècles après sa composition. La critique moderne elle-même reste divisée quant à la pertinence historique de l’œuvre lorsqu’elle fut exploitée en tant que source. Tenant à la fois de l’anecdote et du récit pseudo-historique, ce pamphlet présente le couple impérial formé par Justinien et Théodora d’une façon violente, voire caricaturale : sous la plume de Procope, Justinien devient un lâche à la nature démoniaque,  Théodora une impératrice tyrannique et frivole et Bélisaire, un général faible et sans pouvoir. Ces portraits contrastent pourtant avec les autres sources, plus particulièrement celui de Théodora qui fait l’objet d’une hagiographie dans les sources syriaques contemporaines, telles que les Vies des Saints orientaux de Jean d’Éphèse. L’Histoire secrète est donc avant tout destinée à un public élitiste, contemporain à l’auteur et, tout comme ce dernier, conservateur, ce qui explique les maintes références aux littératures et idéaux classiques ainsi que les critiques à l’encontre de la politique engagée sous l’Empire romain tardif. Au cœur de ces valeurs ancestrales dont il déplore la corruption, celles de l’hospitalité prennent une place de choix dans les mises en scène incriminantes de l’auteur.

Continuer la lecture de « Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité » »

Musings on Gender, Archaeology, and Pilgrimage in the Late Antique Near East

The monastery of Aaron at Jabal Harun, Jordan (c) Marlena Whiting

Marlena Whiting (University of Amsterdam)

What can a gendered reading (based in feminist critique) of the archaeological evidence for pilgrimage in the Late Antique Near East reveal about women and pilgrimage?

Continuer la lecture de « Musings on Gender, Archaeology, and Pilgrimage in the Late Antique Near East »

Bon et mauvais hôte dans la littérature syriaque : la part de l’héritage gréco-romain en question

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA)

Résumé

À partir de l’étude des représentations du bon et du mauvais hôte (invitant et invité) dans la littérature syriaque tardo-antique (récits apocryphes, hagiographie, chroniques et histoires ecclésiastiques notamment), l’auteur essaie d’évaluer la part des représentations littéraires et celle des loci théologiques d’inspiration gréco-latine. Il s’agit d’envisager les influences que la littérature en langue grecque (et dans une moindre mesure latine) a pu avoir en matière de représentation des hôtes. Il s’agit aussi d’appréhender les spécificités qui se donnent à lire en fonction des milieux et des communautés syriaques où s’élaborent ces différents récits. L’étude des représentations du bon et du mauvais hôte nous renseigne ainsi sur la longévité et la plasticité des stéréotypes en matière d’hospitalité. Elle nous donne enfin à voir l’ampleur des interactions culturelles à l’œuvre dans ces sociétés orientales multiculturelles et multiconfessionnelles de la fin de l’Antiquité.

Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »

Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD

Cristina Corsi (Università di Cassino)

Since the relatively recent discovery of the parchment reporting the incomplete narrative of a journey undertaken to the Holy Land, the text of the so-called Itinerarium Egeriae (formerly known as Peregrinatio Aetheriae) has attracted an amazing attention from scholars. Actually, the parchment, written at Montecassino and dated to the eleventh century, was found only at the end of the nineteenth century by Gian Francesco Gamurrini in the library of the Confraternita dei Laici in Arezzo.

Continuer la lecture de « Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD »