Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »

L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle

Eleonora Destefanis (Università del Piemonte Orientale)

Archéologie et structures matérielles de l’accueil : des problèmes de méthode

L’hospitalité et, plus en général, les problèmes liés à l’accueil peuvent être abordés à travers plusieurs prismes mais l’un des moins exploités pour l’Occident est celui des structures matérielles. Pour la période post-classique, sur laquelle cette communication se concentre, cette situation peut s’expliquer par le fait que les sources archéologiques sont très maigres, au moins jusqu’aux siècles centraux du Moyen Âge, et que l’interprétation de ces dernières est souvent très problématique. Les sources écrites, par contre, se multiplient pour cette période, à la fois en milieu urbain et rural, mais elles ne se penchent presque jamais sur les aspects architecturaux, l’objectif de leur rédaction étant administratif, juridique, hagiographique etc. Les ensembles ecclésiastiques – notamment les monastères, les complexes épiscopaux et les sanctuaires de pèlerinage – sont sans aucun doute les contextes qui présentent les témoignages les plus significatifs pour le haut Moyen Âge1.

L’un des problèmes principaux demeure l’identification des bâtiments d’accueil et la possibilité de les reconnaître en fouille, un sujet sur lequel l’archéologie s’interroge depuis longtemps, notamment quant aux marqueurs contribuant à ce but. La question se pose déjà pour l’Antiquité tardive, si l’on pense par exemple au fameux xenodochium de Pammachius à Porto, mentionné par Jerôme (Hier., Epist. LXVI, 11 : CSEL 54, p. 661 ; Hier., Epist. LXXVII, 10 : CSEL 55, p. 47) dont l’ancienne identification de De Rossi (1866a et b) a été démentie par les fouilles menées depuis 1991 (La basilica portuense 2013).

Continuer la lecture de « L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle »

  1. Pour l’Antiquité tardive voire aussi les remarques dans Corsi 2016, avec références. []

Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles)

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

L’objectif de ce billet est d’interroger la distinction entre hôte accueillant et hôte accueilli à travers l’étude de deux groupes de voyageurs orientaux tardo-antiques (IIIe-VIe siècles) amenés à recevoir ou à donner l’hospitalité en raison de leur activité professionnelle : les marchands et les interprètes. Ces acteurs de l’hospitalité sont parfois oubliés ou méconnus, faute de documentation ou d’intérêt de la part des Anciens qui préfèrent se concentrer sur les hôtes de marque issus des élites ou bien – dans un monde de plus en plus christianisé – sur les figures de l’apôtre, de l’évêque, du moine ou du pèlerin. Malgré tout, en filigrane, quelques portraits de marchands et d’interprètes se détachent et interrogent l’historien. À quelle figure d’hôte se rattachent ces professionnels du voyage ? Comment sont-ils considérés par les autres acteurs de l’hospitalité ? Dans quelle mesure les réseaux commerciaux, religieux et politiques se superposent-ils ? De prime abord, doit-on considérer les marchands et les interprètes comme des médiateurs de l’hospitalité et non comme des hôtes à part entière ? Enfin, quel est le rôle, pour les autres acteurs de l’hospitalité (ambassadeur, émissaire, apôtre, pèlerin, saint…), des contacts directs établis en amont par ces catégories de voyageurs ?

Continuer la lecture de « Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles) »

Les espaces d’accueil des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles)

Simon Brelaud (Université Paris-Sorbonne)

Plaque votive de Bazyān, musée de Souleimaniye (© L. Mazou, Mission archéologique française de Bazyān)

Utilisant une terminologie occidentale en usage dans l’empire byzantin, les auteurs syro-orientaux n’en désignaient pas moins une réalité de l’hospitalité qui était propre au vécu des chrétiens en milieu sassanide. Du point de vue de l’historiographie syriaque, le Ve siècle correspond au début de la production littéraire dans l’empire perse – à l’exception notable des écrits d’Aphraate –. Les récits relatifs aux premiers siècles du gouvernement sassanide sont donc dans bien des cas imprégnés des réalités sociales plus tardives. Ainsi, lorsque la Chronique arabe de Séert, compilant elle-même des notices anciennes écrites en syriaque, précise que le catholicos Bābaï (498-502), chef de l’Église de Perse, « donnait l’hospitalité aux évêques et aux étrangers, imitant la conduite des moines et des saints », il semble que le contexte historique corresponde davantage à celui du courant du VIe siècle, et non pas au Ve siècle, à savoir celui durant lequel le monachisme mésopotamien se diffusait (Chr. de Séert, II, p. 36-8). L’étude des espaces d’accueil des chrétiens dans l’empire perse confirme en effet la part importante qu’a pris le cénobitisme dans l’hospitalité des chrétiens.

Devant le manque de documentation précise sur les lieux d’accueil en milieu iranien, c’est par une étude des circulations que l’on peut s’approcher des fonctions des différents monuments attestés. Du IIIe au VIIe siècle, les chrétiens représentent la masse documentaire la plus importante pour une étude prosopographique des habitants de l’empire : toutefois, la notion d’accueil est profondément liée à une « conscience » chrétienne et ne peut être étendue sans nuance aux autres groupes religieux constitutifs de l’empire. Les chrétiens sont dans l’empire sassanide une population minoritaire avant que leur religion ne soit reconnue institutionnellement par le pouvoir zoroastrien avec le premier synode de l’Église de Perse en 410, puis ils sont de mieux en mieux représentés dans les sphères de la société.

Continuer la lecture de « Les espaces d’accueil des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles) »

The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem

Konstantin Klein (Otto Friedrich Universität Bamberg)

Francisco de Zurbarán, Hl. Hieronymus mit der Hl. Paula Romana und ihrer Tochter, Hl. Eustochium, 1638-1640, National Gallery of Art (c) domaine public

In the last months of 385, the Roman noblewoman Paula boarded a ship at Ostia and sailed first to Cyprus and then to Antioch, from where she continued her journey on to the Holy Land. She would not see her home city of Rome ever again. Her daughter Julia Eustochium was on board with her. Her other children, Paulina, Rufina, and Julius Toxotius stayed behind at the quay. Neither Rufina’s tears nor Toxotius’ little hand reaching out for his mother could move Paula to reconsider her departure : Her love towards God, as her spiritual advisor Jerome wrote, was greater than that towards her children (pietatem in filios pietate in Deum superans)1. It seems that the cooling of Paula’s motherly affections, as described by Jerome, was nothing untypical for aristocratic female ascetics in Late Antiquity : The negligence of parental duties as well as the separation from or the resolving of family bonds appear as recurring themes in the lives of those Roman noblewomen of the fourth and fifth century who left their ancestral homes in order to start a new life in the Holy Land. Paula of Rome, who together with Jerome founded monasteries and hospitals in Bethlehem is just one example. Her contemporary, Melania the Elder had demonstrated a similar self-controlled attitude when breaking off her family bonds in Rome for a higher, religious aim in Jerusalem. Her relative, Paulinus of Nola tried to justify Melania abandoning her son in the early 370s by styling this act as a blessing: “She gave her child love by abandoning him and kept him with her by sending him away2.”

Jerome’s description of Paula’s departure to new pastures and Paulinus’ justification of Melania’s lack of motherly qualities serve as a good starting point to explore the phenomenon on which I would like to touch in this short communication : Both women acted in ways that would have required an explanation for anyone living in the Roman Empire only one century earlier. For a Roman noblewoman of High-Imperial times, both Paula and Melania were not fulfilling gender roles that had been valid for centuries, and it therefore seems worth asking what role gender played in the larger topic of hospitality in the late antique Holy Land. In order to shed light on this question, it is paramount to engage not only with the literary sources praising the Christian deeds of these women, but also to contrast these rather extraordinary examples with what we can only assume to have been the ‘normal’ case: For this, the epigraphic evidence from Jerusalem and its surroundings is highly important. While I will conclude this communication with a short outlook on this material, I have to apologise in advance that the final considerations are very much work in progress. Before we cast a look at the role of gender (and, as we shall see, modesty), it is necessary to give a brief outline of the phenomenon of pilgrimage hospitality in the Holy Land in general.

Continuer la lecture de « The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem »

  1. Hier., ep. 108,6, cf. Gordini 1961:90–92, and, on the literary motif of holy women renouncing their children and being ‘bad mothers,’ Giardina 2001:193–194. []
  2. Paul. Nol., ep. 29,9. []