Milia passum . Le Vie Francigene in Sicilia, un progetto di Public History and Archeology tra ricerca scientifica e sviluppo del territorio

Davide Comunale (Università degli Studi di Tor Vergata)

Résumé

L’intervention présente le projet Vie Francigene di Sicilia, croisant histoire des archives, archéologie du paysage et développement touristique : l’auteur montre comment un projet de recherche peut être utilisé comme outil de divulgation, propre à attirer sur un territoire et sur les sites archéologiques liés à la viabilité un public complètement étranger à ce domaine scientifique.

Ecclesia Sancti Leonardi : un luogo di ospitalità sulla strada Agrigento – Licata nel XIII secolo.

Giuseppina Schirò (Università degli Studi di Palermo)

Résumé

Tema specifico di questo intervento è la costruzione dell’Ecclesia Sancti Leonardi e della sua domus caritatis, volute dal vescovo agrigentino Rainaldo de Acquaviva nel XIII secolo per offrire, in ambito rurale, sia i servizi liturgici che quelli legati all’ospitalità gratuita nei confronti di tutti coloro che percorrevano a diverso titolo l’asse stradale a ridosso della costa fra Agrigento e Licata. Il documento di fondazione (1252) posiziona il nuovo complesso proprio a metà di questa arteria, che rivela una certa continuità con i tracciati più antichi lungo cui le fonti itinerarie del IV sec. d.C. segnano un luogo di sosta. Senza che questo dato ci induca a semplicistici paralleli, è evidente che l’area dell’odierna Palma di Montechiaro, dove si propone di localizzare il sito in esame, ancora nel Medioevo rappresentava per le comunicazioni litoranee, e non solo, uno spazio strategico da controllare. E pertanto, per comprendere a fondo la ratio del centro ospitaliero dedicato al santo di Noblat ne abbiamo analizzato i rapporti con le dinamiche insediative e viarie del territorio diocesano e le intersezioni con le scelte del potere politico a soli due anni dalla morte di Federico II.

L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle

Eleonora Destefanis (Università del Piemonte Orientale)

Archéologie et structures matérielles de l’accueil : des problèmes de méthode

L’hospitalité et, plus en général, les problèmes liés à l’accueil peuvent être abordés à travers plusieurs prismes mais l’un des moins exploités pour l’Occident est celui des structures matérielles. Pour la période post-classique, sur laquelle cette communication se concentre, cette situation peut s’expliquer par le fait que les sources archéologiques sont très maigres, au moins jusqu’aux siècles centraux du Moyen Âge, et que l’interprétation de ces dernières est souvent très problématique. Les sources écrites, par contre, se multiplient pour cette période, à la fois en milieu urbain et rural, mais elles ne se penchent presque jamais sur les aspects architecturaux, l’objectif de leur rédaction étant administratif, juridique, hagiographique etc. Les ensembles ecclésiastiques – notamment les monastères, les complexes épiscopaux et les sanctuaires de pèlerinage – sont sans aucun doute les contextes qui présentent les témoignages les plus significatifs pour le haut Moyen Âge1.

L’un des problèmes principaux demeure l’identification des bâtiments d’accueil et la possibilité de les reconnaître en fouille, un sujet sur lequel l’archéologie s’interroge depuis longtemps, notamment quant aux marqueurs contribuant à ce but. La question se pose déjà pour l’Antiquité tardive, si l’on pense par exemple au fameux xenodochium de Pammachius à Porto, mentionné par Jerôme (Hier., Epist. LXVI, 11 : CSEL 54, p. 661 ; Hier., Epist. LXXVII, 10 : CSEL 55, p. 47) dont l’ancienne identification de De Rossi (1866a et b) a été démentie par les fouilles menées depuis 1991 (La basilica portuense 2013).

Continuer la lecture de « L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle »

  1. Pour l’Antiquité tardive voire aussi les remarques dans Corsi 2016, avec références. []

Identifier les structures d’accueil monastiques et leurs fonctions. Éléments méthodologiques appliqués à quelques abbayes bénédictines dans le duché de Normandie (XIIème-XIVème siècle)

Mathilde Gardeux (ArAr)

Du 4 au 15 janvier 2017, le projet HospitAm a financé une mission de recherche effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’organisation de l’accueil monastique dans le duché de Normandie et, plus spécifiquement, sur le contexte hospitalier des abbayes du corpus de thèse. Les investigations menées dans les bibliothèques de Rouen, Caen et le fonds ancien d’Avranches ont apporté un nouveau regard sur les problématiques liées à l’identification des bâtiments monastiques et leurs fonctions, notamment lorsque les archives font défaut. Ces nouvelles recherches ont ainsi complété les trois caractéristiques d’identification mises en avant par l’étude archéologique, à savoir le contexte topographique, l’agencement architectural des bâtiments et leur décor. D’autre part, la rareté des archives monastiques concernant l’accueil nécessitait d’aborder le problème sous un nouvel angle, plus général cette fois-ci. C’est ainsi que nous sommes sortie de ces abbayes pour mieux connaître leur contexte hospitalier et leur statut, afin d’en évaluer l’influence sur l’organisation de l’accueil et les structures d’hospitalité mises en place dans chaque établissement.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’accueil monastiques et leurs fonctions. Éléments méthodologiques appliqués à quelques abbayes bénédictines dans le duché de Normandie (XIIème-XIVème siècle) »

Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? »