Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Continuer la lecture de « Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) »