The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem

Konstantin Klein (Otto Friedrich Universität Bamberg)

Francisco de Zurbarán, Hl. Hieronymus mit der Hl. Paula Romana und ihrer Tochter, Hl. Eustochium, 1638-1640, National Gallery of Art (c) domaine public

In the last months of 385, the Roman noblewoman Paula boarded a ship at Ostia and sailed first to Cyprus and then to Antioch, from where she continued her journey on to the Holy Land. She would not see her home city of Rome ever again. Her daughter Julia Eustochium was on board with her. Her other children, Paulina, Rufina, and Julius Toxotius stayed behind at the quay. Neither Rufina’s tears nor Toxotius’ little hand reaching out for his mother could move Paula to reconsider her departure : Her love towards God, as her spiritual advisor Jerome wrote, was greater than that towards her children (pietatem in filios pietate in Deum superans)1. It seems that the cooling of Paula’s motherly affections, as described by Jerome, was nothing untypical for aristocratic female ascetics in Late Antiquity : The negligence of parental duties as well as the separation from or the resolving of family bonds appear as recurring themes in the lives of those Roman noblewomen of the fourth and fifth century who left their ancestral homes in order to start a new life in the Holy Land. Paula of Rome, who together with Jerome founded monasteries and hospitals in Bethlehem is just one example. Her contemporary, Melania the Elder had demonstrated a similar self-controlled attitude when breaking off her family bonds in Rome for a higher, religious aim in Jerusalem. Her relative, Paulinus of Nola tried to justify Melania abandoning her son in the early 370s by styling this act as a blessing: “She gave her child love by abandoning him and kept him with her by sending him away2.”

Jerome’s description of Paula’s departure to new pastures and Paulinus’ justification of Melania’s lack of motherly qualities serve as a good starting point to explore the phenomenon on which I would like to touch in this short communication : Both women acted in ways that would have required an explanation for anyone living in the Roman Empire only one century earlier. For a Roman noblewoman of High-Imperial times, both Paula and Melania were not fulfilling gender roles that had been valid for centuries, and it therefore seems worth asking what role gender played in the larger topic of hospitality in the late antique Holy Land. In order to shed light on this question, it is paramount to engage not only with the literary sources praising the Christian deeds of these women, but also to contrast these rather extraordinary examples with what we can only assume to have been the ‘normal’ case: For this, the epigraphic evidence from Jerusalem and its surroundings is highly important. While I will conclude this communication with a short outlook on this material, I have to apologise in advance that the final considerations are very much work in progress. Before we cast a look at the role of gender (and, as we shall see, modesty), it is necessary to give a brief outline of the phenomenon of pilgrimage hospitality in the Holy Land in general.

Continuer la lecture de « The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem »

  1. Hier., ep. 108,6, cf. Gordini 1961:90–92, and, on the literary motif of holy women renouncing their children and being ‘bad mothers,’ Giardina 2001:193–194. []
  2. Paul. Nol., ep. 29,9. []

Identifier les structures d’accueil monastiques et leurs fonctions. Éléments méthodologiques appliqués à quelques abbayes bénédictines dans le duché de Normandie (XIIème-XIVème siècle)

Mathilde Gardeux (ArAr)

Du 4 au 15 janvier 2017, le projet HospitAm a financé une mission de recherche effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’organisation de l’accueil monastique dans le duché de Normandie et, plus spécifiquement, sur le contexte hospitalier des abbayes du corpus de thèse. Les investigations menées dans les bibliothèques de Rouen, Caen et le fonds ancien d’Avranches ont apporté un nouveau regard sur les problématiques liées à l’identification des bâtiments monastiques et leurs fonctions, notamment lorsque les archives font défaut. Ces nouvelles recherches ont ainsi complété les trois caractéristiques d’identification mises en avant par l’étude archéologique, à savoir le contexte topographique, l’agencement architectural des bâtiments et leur décor. D’autre part, la rareté des archives monastiques concernant l’accueil nécessitait d’aborder le problème sous un nouvel angle, plus général cette fois-ci. C’est ainsi que nous sommes sortie de ces abbayes pour mieux connaître leur contexte hospitalier et leur statut, afin d’en évaluer l’influence sur l’organisation de l’accueil et les structures d’hospitalité mises en place dans chaque établissement.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’accueil monastiques et leurs fonctions. Éléments méthodologiques appliqués à quelques abbayes bénédictines dans le duché de Normandie (XIIème-XIVème siècle) »

Accommodating Female Pilgrims in the Late Antique Holy Land

Marlena Whiting (University of Amsterdam)

From as early as the fourth or fifth centuries AD, we can name as many as a dozen women who undertook pilgrimage to the holy sites of Palestine and Egypt – and can make note of the dozens more nameless ones who are mentioned in the saints’ lives of the times. It is far from surprising that pilgrimage became a popular form of religious expression for Christian women – journeying in search of a cure or divine intervention had been popular among women for centuries, as the fourth century BC cure lists from Epidauros in Greece demonstrate. However, it becomes clear from some objections registered by prominent Church leaders, that the religiously charged environment in which pilgrimage took place did present pious women with obstacles in their quest for their objective. These obstacles presented themselves both on the journey itself and at the destination, and were especially concerned with issues of accommodation.

Continuer la lecture de « Accommodating Female Pilgrims in the Late Antique Holy Land »

Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

L’hospitalité près des sanctuaires, en particulier ceux éloignés des grandes centres urbains – sanctuaires des sources et des eaux, sanctuaires guérisseurs, sanctuaires à une divinité topique liée à une particularité géographique du terrain, sanctuaire aux confins de deux cités (cas du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains) –, était une nécessité pour les hommes et les femmes de l’Antiquité romaine. Ces formes de l’hospitalité sont beaucoup mieux connues dans la partie grecque de l’Empire romain, où les voyages pour des pratiques rituelles1 étaient beaucoup plus anciens, beaucoup plus nombreux et mieux documentés2, que dans la partie occidentale. Pourtant, dans les sanctuaires suburbains ou ruraux, il est impossible d’imaginer que tous les dédicants3 aient fait le trajet dans la journée. Leur accueil dans des structures pérennes ou temporaires était donc une condition sine qua non pour le fonctionnement du sanctuaire.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources »

  1. Les historiens anglo-saxons utilisent le terme de « pilgrimage » ou pèlerinage. Ce terme est cependant fortement empreint des pratiques chrétiennes et nous semble éloigner des réalités dans la partie occidentale de l’empire romain. Faute d’un terme plus adéquat, nous avons choisi d’utiliser l’expression de voyage pour des pratiques rituelles malgré son caractère imparfait. []
  2. Voir par exemple B. Ault, Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece, in B. Ault et L. Nevett (éds), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional and Social diversity, Philadelphie, 2005, p. 166-230. Voir également d’autres billets des ateliers HospitAm sur l’hospitalité dans le monde grec. []
  3. Nous privilégierons le terme de dédicant à celui de pèlerin pour éviter les anachronismes. []

Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? »