Note de lecture : R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010

Marion Brunel (Master 1, ENS de Lyon)

R. Nadeau est un chercheur honoraire qui enseigne également à l’Université d’Exeter en Grande Bretagne. Le travail effectué dans Les manières de table dans le monde gréco-romain, publié en 2010, a pour objectif de proposer une étude des pratiques alimentaires au IIe siècle ap. J.-C. à travers les ouvrages de trois auteurs grecs principalement. La période est délimitée à un siècle, et comme R. Nadeau le précise lui même, le but de cet ouvrage n’est nullement « d’écrire une histoire de la gastronomie grecque ni un catalogue exhaustif des pratiques liées à la table ». Il s’agit plutôt de s’intéresser à la vision qu’avaient les auteurs du IIe siècle ap. J.-C. des manières de la table et de la façon dont ils les jugent.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010 »

L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations

Robinson Baudry (Université Paris Ouest)

Buste identifié à Cicéron – Musées Capitolins, Rome (c) © José Luiz Bernardes Ribeiro / , via Wikimedia Commons

Le point de départ de cette recherche, dont le présent article ne constitue qu’un état des lieux provisoire, réside dans le projet d’analyser la position sociale et politique des acteurs de l’hospitalité et de mettre cette dernière en relation avec le contenu et les représentations de cette pratique, à partir d’une enquête prosopographique, qui est loin d’être achevée. Je précise que, pour l’heure, j’ai limité ma recherche à l’hospitalité unissant des aristocrates romains à des notables provinciaux, laissant de côté les Italiens, sur lesquels les analyses de T. P. Wiseman constituent encore un bon point de départ (Wiseman, 1971, p. 33-38). Dans la Rome tardo-républicaine, l’aristocratie désignait une catégorie sociale cohérente mais fortement hiérarchisée, selon des critères complexes, sociaux (la naissance, qui détermine en particulier l’appartenance à la noblesse), politiques (la progression dans la carrière, dont le terme dignitas peut rendre compte) ou juridiques (l’appartenance au patriciat, par exemple).

Dans quelle mesure ces distinctions internes rejaillissaient-elles sur les pratiques de l’hospitalité ? Elle pesaient sur le choix des hôtes, ne serait-ce que parce que les nobles pouvaient partiellement compter sur des réseaux d’hospitalité dont ils avaient hérité. Plus fondamentalement, la position sociale et politique des deux protagonistes de l’hospitalité fonctionnait comme un marqueur social pour l’un comme pour l’autre. Joseph Hellegouarc’h a pu ainsi écrire (Hellegouarc’h, 1963, p. 52) : « hospitium apparaît dans les textes comme un élément du « standing » d’un individu ».

Mais, précisément, qu’en était-il de la position sociale de ces notables provinciaux, comment était-elle évaluée par les Romains ? En théorie, l’hospitalité privée était supposée, comme l’amicitia, unir des individus de rang comparable et reposait sur la réciprocité, mais la dissymétrie des relations entre Rome et les cités du monde romain rendait la situation plus complexe, comme le soulignait encore récemment J. Nicols (Nicols, 2014, p. 187), à la suite de Badian (Badian, 1958, p. 11-13). De façon plus générale, se pose la question de la comparabilité entre des aristocraties dépendant d’organisations socio-politiques différentes.

Continuer la lecture de « L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations »

Note de lecture : C. Grandjean, Chr., Hugoniot, B. Lion (éd.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, 2013

Cécile Marquerie (M1, ENS de Lyon)

Le banquet est un thème riche pour l’analyse des sociétés antiques. Ce dernier a suscité de nombreuses études, notamment celle menée lors du colloque international « Le banquet du monarque » qui s’est tenu à l’université de Tours en mars 2010. À la suite de ce rassemblement, une publication des actes du colloque a été entreprise par les historiens Catherine Grandjean, Christophe Hugoniot et Brigitte Lion, aboutissant à la sortie de l’ouvrage Le banquet du monarque dans le monde antique en 2013.

Continuer la lecture de « Note de lecture : C. Grandjean, Chr., Hugoniot, B. Lion (éd.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, 2013 »

Note de lecture : R. Étienne, Fr. Mayet, Le vin hispanique, Paris, 2000

Virgile Mayo (M1, Ens de Lyon)

Le Vin hispanique, publié en 2000, a été co-écrit par Robert Étienne, professeur titulaire de la chaire d’histoire romaine à l’Université de Bordeaux III jusqu’à son décès en 2009, et Françoise Mayet, responsable de la Mission archéologique française au Portugal. Tous deux ont participé à des fouilles archéologiques au Portugal, leur collaboration sur de nombreux projets a donné naissance à plusieurs livres et ils ont notamment été associé dans le cadre de l’ouvrage qui est paru à la suite de la découverte de l’épave Port-Vendres II survenue en 19771). L’analyse des amphores retrouvées à ce moment-là soutient une partie importante de l’argumentation du Vin hispanique. C’est d’ailleurs la découverte d’un certain type d’amphores (Haltern 70) dans l’épave Port-Vendres II, mais aussi trois années consacrées à un séminaire de recherche sur ce qu’ils considèrent comme les « trois clés de l’Hispanie romaine », le vin, les salaisons et sauces de poissons et l’huile, qui les ont conduits à proposer ce premier volet d’un triptyque qui devait être suivi par Salaisons et sauces de poisson hispaniques (2002), puis par L’huile hispanique (2004).

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Étienne, Fr. Mayet, Le vin hispanique, Paris, 2000 »

  1. Colls D., Etienne R., Lequément R., Liou B., Mayet F., L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude , Paris, 1977 (Archéonautica, 1 []

Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Continuer la lecture de « Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) »