Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles

Cécile Hartz (Paris I-Panthéon-Sorbonne) 1

Introduction

L’expression « grand sanctuaire » ne possède aucune définition stricte dans la littérature archéologique actuelle. Elle renvoie généralement à un lieu de culte public situé hors du chef-lieu de cité – dans sa proche périphérie ou sur son territoire – composé d’un ou plusieurs temples souvent associés à d’autres édifices comme des thermes, un théâtre et des annexes. Ces ensembles monumentaux peuvent dans certains cas être isolés de tout habitat (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. VIII).

Continuer la lecture de « Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles »

  1. Les réflexions présentées ici sont tirées des résultats d’une thèse intitulée « Le Vieil-Évreux et les « grands sanctuaires » dans les cités des Trois Gaules : réflexions sur la dynamique de l’habitat » préparée à l’Université Paris I – Panthéon – Sorbonne sous la direction de Mme Françoise Dumasy et soutenue en octobre 2015. []

Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

L’hospitalité près des sanctuaires, en particulier ceux éloignés des grandes centres urbains – sanctuaires des sources et des eaux, sanctuaires guérisseurs, sanctuaires à une divinité topique liée à une particularité géographique du terrain, sanctuaire aux confins de deux cités (cas du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains) –, était une nécessité pour les hommes et les femmes de l’Antiquité romaine. Ces formes de l’hospitalité sont beaucoup mieux connues dans la partie grecque de l’Empire romain, où les voyages pour des pratiques rituelles1 étaient beaucoup plus anciens, beaucoup plus nombreux et mieux documentés2, que dans la partie occidentale. Pourtant, dans les sanctuaires suburbains ou ruraux, il est impossible d’imaginer que tous les dédicants3 aient fait le trajet dans la journée. Leur accueil dans des structures pérennes ou temporaires était donc une condition sine qua non pour le fonctionnement du sanctuaire.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources »

  1. Les historiens anglo-saxons utilisent le terme de « pilgrimage » ou pèlerinage. Ce terme est cependant fortement empreint des pratiques chrétiennes et nous semble éloigner des réalités dans la partie occidentale de l’empire romain. Faute d’un terme plus adéquat, nous avons choisi d’utiliser l’expression de voyage pour des pratiques rituelles malgré son caractère imparfait. []
  2. Voir par exemple B. Ault, Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece, in B. Ault et L. Nevett (éds), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional and Social diversity, Philadelphie, 2005, p. 166-230. Voir également d’autres billets des ateliers HospitAm sur l’hospitalité dans le monde grec. []
  3. Nous privilégierons le terme de dédicant à celui de pèlerin pour éviter les anachronismes. []

Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []

Note de lecture : R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010

Marion Brunel (Master 1, ENS de Lyon)

R. Nadeau est un chercheur honoraire qui enseigne également à l’Université d’Exeter en Grande Bretagne. Le travail effectué dans Les manières de table dans le monde gréco-romain, publié en 2010, a pour objectif de proposer une étude des pratiques alimentaires au IIe siècle ap. J.-C. à travers les ouvrages de trois auteurs grecs principalement. La période est délimitée à un siècle, et comme R. Nadeau le précise lui même, le but de cet ouvrage n’est nullement « d’écrire une histoire de la gastronomie grecque ni un catalogue exhaustif des pratiques liées à la table ». Il s’agit plutôt de s’intéresser à la vision qu’avaient les auteurs du IIe siècle ap. J.-C. des manières de la table et de la façon dont ils les jugent.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010 »

L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations

Robinson Baudry (Université Paris Ouest)

Buste identifié à Cicéron – Musées Capitolins, Rome (c) © José Luiz Bernardes Ribeiro / , via Wikimedia Commons

Le point de départ de cette recherche, dont le présent article ne constitue qu’un état des lieux provisoire, réside dans le projet d’analyser la position sociale et politique des acteurs de l’hospitalité et de mettre cette dernière en relation avec le contenu et les représentations de cette pratique, à partir d’une enquête prosopographique, qui est loin d’être achevée. Je précise que, pour l’heure, j’ai limité ma recherche à l’hospitalité unissant des aristocrates romains à des notables provinciaux, laissant de côté les Italiens, sur lesquels les analyses de T. P. Wiseman constituent encore un bon point de départ (Wiseman, 1971, p. 33-38). Dans la Rome tardo-républicaine, l’aristocratie désignait une catégorie sociale cohérente mais fortement hiérarchisée, selon des critères complexes, sociaux (la naissance, qui détermine en particulier l’appartenance à la noblesse), politiques (la progression dans la carrière, dont le terme dignitas peut rendre compte) ou juridiques (l’appartenance au patriciat, par exemple).

Dans quelle mesure ces distinctions internes rejaillissaient-elles sur les pratiques de l’hospitalité ? Elle pesaient sur le choix des hôtes, ne serait-ce que parce que les nobles pouvaient partiellement compter sur des réseaux d’hospitalité dont ils avaient hérité. Plus fondamentalement, la position sociale et politique des deux protagonistes de l’hospitalité fonctionnait comme un marqueur social pour l’un comme pour l’autre. Joseph Hellegouarc’h a pu ainsi écrire (Hellegouarc’h, 1963, p. 52) : « hospitium apparaît dans les textes comme un élément du « standing » d’un individu ».

Mais, précisément, qu’en était-il de la position sociale de ces notables provinciaux, comment était-elle évaluée par les Romains ? En théorie, l’hospitalité privée était supposée, comme l’amicitia, unir des individus de rang comparable et reposait sur la réciprocité, mais la dissymétrie des relations entre Rome et les cités du monde romain rendait la situation plus complexe, comme le soulignait encore récemment J. Nicols (Nicols, 2014, p. 187), à la suite de Badian (Badian, 1958, p. 11-13). De façon plus générale, se pose la question de la comparabilité entre des aristocraties dépendant d’organisations socio-politiques différentes.

Continuer la lecture de « L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations »