Milia passum . Le Vie Francigene in Sicilia, un progetto di Public History and Archeology tra ricerca scientifica e sviluppo del territorio

Davide Comunale (Università degli Studi di Tor Vergata)

Résumé

L’intervention présente le projet Vie Francigene di Sicilia, croisant histoire des archives, archéologie du paysage et développement touristique : l’auteur montre comment un projet de recherche peut être utilisé comme outil de divulgation, propre à attirer sur un territoire et sur les sites archéologiques liés à la viabilité un public complètement étranger à ce domaine scientifique.

Ecclesia Sancti Leonardi : un luogo di ospitalità sulla strada Agrigento – Licata nel XIII secolo.

Giuseppina Schirò (Università degli Studi di Palermo)

Résumé

Tema specifico di questo intervento è la costruzione dell’Ecclesia Sancti Leonardi e della sua domus caritatis, volute dal vescovo agrigentino Rainaldo de Acquaviva nel XIII secolo per offrire, in ambito rurale, sia i servizi liturgici che quelli legati all’ospitalità gratuita nei confronti di tutti coloro che percorrevano a diverso titolo l’asse stradale a ridosso della costa fra Agrigento e Licata. Il documento di fondazione (1252) posiziona il nuovo complesso proprio a metà di questa arteria, che rivela una certa continuità con i tracciati più antichi lungo cui le fonti itinerarie del IV sec. d.C. segnano un luogo di sosta. Senza che questo dato ci induca a semplicistici paralleli, è evidente che l’area dell’odierna Palma di Montechiaro, dove si propone di localizzare il sito in esame, ancora nel Medioevo rappresentava per le comunicazioni litoranee, e non solo, uno spazio strategico da controllare. E pertanto, per comprendere a fondo la ratio del centro ospitaliero dedicato al santo di Noblat ne abbiamo analizzato i rapporti con le dinamiche insediative e viarie del territorio diocesano e le intersezioni con le scelte del potere politico a soli due anni dalla morte di Federico II.

Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Continuer la lecture de « Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) »