Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.)

Adèle Arghyris (ENS de Lyon)

Malgré l’absence de synthèse sur le rôle des femmes dans l’hospitalité romaine pour la période impériale et le début de la période tardive, diverses situations invitent à parler d’hospitalité féminine à propos de Rome. Les femmes participent aux banquets publics, revêtent un rôle d’hôtesse dans la domus et participent aux rituels sacrificiels comme aux fêtes d’intégration des nouveaux membres dans la communauté de la cité (mariages, naissances). Elles prennent part dans ce cadre aux fêtes de sociabilité, qui, selon Florence Gherchanoc (Gherchanoc 2006), créent un espace intermédiaire entre le privé et le public et un art de vivre ensemble.

Entre le Ier et le IVème s. ap. J.-C., divers types de sources représentent des scènes de la vie païenne de la période impériale. Malgré l’extension de l’empire, Rome reste la capitale dans laquelle vivent beaucoup de grandes familles, ce qui implique des pratiques de sociabilité importantes. D’une part, les sources littéraires nous donnent des renseignements sur la place des femmes dans les réceptions privées au sein de la domus. D’autre part, divers types de reliefs, de monuments funéraires et de peintures domestiques représentant des banquets publics ou privés invitent à questionner les rôles des femmes dans l’hospitalité romaine, en partie héritée des mondes grecs et orientaux étudiés par Jean-Marie Dentzer dans son ouvrage sur le banquet couché (Dentzer 1982).

Une bibliographie conséquente sur l’hospitalité tout au long de la période nous permet d’étudier, à partir des sources antiques, les différentes situations dans lesquelles les femmes sont actrices de l’hospitalité ainsi que les types et les statuts de ces femmes, c’est-à-dire en majorité les courtisanes, les prêtresses et les matrones. Les études récentes sur l’hospitalité dans l’Antiquité invitent également à questionner les rôles féminins par rapport aux rôles masculins, pour poser la question de l’existence d’une hospitalité féminine à Rome.

Continuer la lecture de « Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.) »

L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Le modèle de la cena romaine est empreint de règles que doivent suivre les invités, qui se réunissent pour partager un repas autour du maître de maison, lequel manifeste ainsi son hospitalité. Cependant, si ces préceptes ne sont pas respectés, des tensions peuvent apparaître entre l’hôte et ses convives, ou bien entre les invités eux-mêmes.

Les sources littéraires, en particulier épistolaires et satiriques, épigraphiques ou iconographiques laissent entrevoir plusieurs exemples de situations où des tensions résultent du non-respect des principes de l’hospitalité. Le fait de ne pas honorer une invitation envoyée par un ami après l’avoir acceptée, ou bien ne pas être invité par le maître de maison, peuvent être des causes d’animosité, comme le rappellent Pline le Jeune ou des inscriptions de Pompéi. Durant le repas lui-même, certaines conversations ou attitudes sont propices à engendrer des conflits ou des crispations, allant à l’encontre du caractère convivial de la cena. Les banquets impériaux, relatés par les biographies de Suétone ou de l’Histoire Auguste, peuvent donner lieu à des scènes où les valeurs de l’hospitalité se trouvent inversées, si l’empereur manifeste sa cruauté ou sa volonté d’humilier ses invités. Une fois le repas terminé, le maître de maison peut offrir des cadeaux à ses convives, lesquels ont la possibilité d’emporter chez eux des mets ou de la vaisselle. Martial laisse entendre que cette pratique peut générer des attitudes contrevenant aux règles de l’hospitalité. Il décrit certains invités se comportant de façon cupide, n’hésitant pas même à revendre les cadeaux.

Le repas romain est ainsi l’occasion d’observer une multitude d’occasions où les manières et les comportements adoptés peuvent aller à l’encontre de l’hospitalité. Cette dernière doit être le moyen, quand elle est respectée, aussi bien par le maître de maison que par l’invité, d’afficher la maîtrise des codes de la civilité, qui contribuent pleinement à l’élaboration d’une sociabilité.

Continuer la lecture de « L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité »