Bon et mauvais hôte dans la littérature syriaque : la part de l’héritage gréco-romain en question

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA)

Résumé

À partir de l’étude des représentations du bon et du mauvais hôte (invitant et invité) dans la littérature syriaque tardo-antique (récits apocryphes, hagiographie, chroniques et histoires ecclésiastiques notamment), l’auteur essaie d’évaluer la part des représentations littéraires et celle des loci théologiques d’inspiration gréco-latine. Il s’agit d’envisager les influences que la littérature en langue grecque (et dans une moindre mesure latine) a pu avoir en matière de représentation des hôtes. Il s’agit aussi d’appréhender les spécificités qui se donnent à lire en fonction des milieux et des communautés syriaques où s’élaborent ces différents récits. L’étude des représentations du bon et du mauvais hôte nous renseigne ainsi sur la longévité et la plasticité des stéréotypes en matière d’hospitalité. Elle nous donne enfin à voir l’ampleur des interactions culturelles à l’œuvre dans ces sociétés orientales multiculturelles et multiconfessionnelles de la fin de l’Antiquité.

Peregrinatio est uita : métaphores du chemin et de l’hospitalité dans la littérature philosophique et morale romaine

Marie-Adeline Le Guennec (EFR – HiSoMA)

Résumé

Cet article entend s’intéresser à un motif métaphorique récurrent dans la littérature philosophique et morale romaine, celui de la vie ou du monde comme lieu d’hospitalité, qui apparaît une déclinaison de l’image plus générale de l’existence comme chemin à parcourir. On se penche sur les origines de ce motif, sur son emploi, en particulier dans l’œuvre de Sénèque, et sur son évolution à la période tardive, quand il est recomposé par les auteurs chrétiens de langue latine.

Images et stéréotypes de l’accueil hospitalier dans le judaïsme alexandrin

Smaranda Marculescu (ENS de Lyon – IHRIM)

Résumé

Dans la littérature juive hellénistique les scènes de l’hospitalité, surtout celles ayant pour source le texte biblique, sont soumises aux jeux et enjeux des réécritures, des références croisés, ou bien à usages exégétiques métaphoriques, voire allégoriques. Les reflets croisés des miroirs grec ou biblique se retrouvent de manière privilégiée dans les représentations de banquets. À l’aide des quelques exemples, on se demandera quelles sont les normes ou, du moins, les exigences vis-à-vis de la relation d’hospitalité auxquelles ces représentations doivent répondre.

Séminaire HospeRAnt 1 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon)

ENS de Lyon, 12 février 2018, 14h-17h, salle D2 102

Il peut aujourd’hui sembler paradoxal de mettre en regard la question de l’hospitalité, qui à l’époque contemporaine apparaît relever d’un choix purement privé, et celle des droits politiques conférés à l’étranger accueilli, qui semble du ressort de l’État-nation. Dans l’Antiquité, et en particulier aux périodes archaïques, l’hospitalité est pourtant bien un mécanisme destiné à intégrer juridiquement et civiquement des étrangers sélectionnés par la cité. Cette séance revient sur cette évolution de l’hospitalité qui semble aboutir à déposséder l’accueil hospitalier de sa destination politique. Il s’agit d’envisager les modalités concrètes de ce processus en examinant plus particulièrement le rôle joué par des individus ou des groupes d’individus, parfois délégués spécifiquement par la communauté dans la prise en charge civique, juridique et politique des hôtes accueillis. Le compte rendu de la séance par Léonie Diatta (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) et Lucie Salamor (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) est disponible ici

Programme des interventions

Continuer la lecture de « Séminaire HospeRAnt 1 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon) »

Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »