Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

Si j’ai été amenée à m’intéresser à la question des lieux destinés à la prise en charge des gens de passage dans le contexte de l’Occident romain antique (République – Haut Empire), c’est à l’origine au sujet d’une forme d’accueil qui n’est pas l’hospitalité gratuite, privée ou publique, bien que son rapport à l’hospitalité soit plus direct qu’on ne le penserait de prime abord : l’accueil mercantile. L‘importance dévolue à la pratique de l’hospitalité privée ou publique dans le contexte culturel romain, notamment au sein des élites, s’avère en effet une donnée essentielle pour rendre compte de la place que pouvaient occuper, au sein d’un monde romain en mouvement, les établissements dédiés à l’accueil mercantile, les professionnels qui y travaillaient, et la clientèle qui les fréquentait.

Comme je l’ai montré lors d’un précédent atelier, l‘étude du lexique permet de mettre en pleine lumière cette influence, polémique ou archétypale, de l’hospitalité sur l’accueil mercantile romain, avec l’entrée progressive dans le champ lexical latin de l’auberge de termes relevant originellement de l’hospitalité privée, en particulier hospes et hospitium Qu’en est-il en revanche des sources matérielles et notamment des vestiges archéologiques1 ? Est-ce que, pour l’Occident romain, l’antagonisme qui se fait jour dans les sources textuelles se poursuit jusque dans la matérialité d’un côté, de l’accueil mercantile et de l’autre, de l’hospitalité gratuite ? Et dans ce cas, sous quelle forme : par le recours à des structures matérielles nettement distinctes ? N’est-ce pas plutôt, serait-on en droit de se demander par rapprochement avec les sources écrites et iconographiques, par l’emprunt par l’accueil mercantile des structures matérielles de l’hospitalité ? Ou encore, a-t-on éventuellement affaire à des structures matérielles plus largement associées dans l’Antiquité romaine à l’accueil temporaire, qui se donneraient en cela également à voir, par exemple, dans les stations routières officielles ?

Continuer la lecture de « Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités »

  1. Les sources iconographiques témoignent elles aussi, pour l’essentiel, d’une transposition / reproduction des motifs de l’hospitalité privée, notamment symposiaque. []